LES PARQUETS

Choisir le bon parquet certifié NF

Chaleureux et tendance, le parquet a su se transformer et se diversifier pour offrir différentes formes adaptables à toutes les configurations et à tous les budgets ;
C’est un revêtement de sol indémodable. Il apporte de la chaleur à une pièce et trouve sa place aussi bien dans une maison de style traditionnel que dans un appartement contemporain.
Revêtement de sol décoratif, le parquet est également un produit technique qui propose des solutions dans des problématiques aussi diverses que l’acoustique, les sols chauffants ou l’usage intensif. Sa durée de vie est supérieure à la plupart des autres revêtements de sols. Il peut ainsi être rénové à plusieurs reprises en fonction de l’épaisseur de la couche d’usure.
Il s’utilise aussi bien dans les travaux neufs que dans les travaux de rénovation.

Les grandes familles de parquets

 

Les parquets massifs à rainures et languettes

Il s’agit de parquets traditionnels conformes à la norme NF EN 13226. Ils ont une épaisseur supérieure à 14 mm, généralement 14/15 mm ou 23 mm. Leur humidité doit être comprise entre 7 et 11 %.

C’est le parquet qui offre le plus de possibilité de rénovation avec une couche d’usure qui peut aller jusqu’à 8 mm.

Ils sont destinés à être posés cloués sur lambourdes ou solives. Ils peuvent également être collés.

Les parquets massifs à chant plat ou avec rainure de guidage

 Il s’agit des parquets suivants :

  • parquets mosaïques, conformes à la norme NF EN 13488. Ils sont généralement constitués de lamelles d’épaisseur de 8 mm et d’une largeur minimale de 35 mm.
  • planchettes, conformes à la norme NF EN 13227. Elles ont une épaisseur comprise entre 9 et 12 mm, généralement 10 mm et une largeur minimale de 30 mm.
  • Les parquets avec rainure de guidage dont les blocs anglais conformes à la norme NF EN 13228. Ils ont une épaisseur comprise entre 8 et 14 mm.

Leur humidité doit être comprise entre 7 et 11 %.

Ces parquets sont destinés à être posés collés.

Les parquets contrecollés

Les parquets contrecollés doivent être conformes à la norme NF EN 13489. Ils sont constitués d’un parement en bois noble d’épaisseur minimale 2.5 mm et d’une âme généralement en contreplaqué ou en MDF. Le cas échéant, la sous-face de l’élément de parquet contrecollé peut être revêtue d’un contrebalancement.

Les éléments de parquets contrecollés s’assemblent entre eux avec des profils de clipsage ou avec des rainures et des languettes collées. Ils peuvent être posés collés ou flottant.

Pour l’ensemble de ces familles de parquets, la marque NF PARQUETS certifie la régularité de la géométrie des lames, leurs tolérances et leur humidité.

Les décors

Les parquets en bois offrent une large palette de décors selon l’essence de bois et son aspect, le type de parquets, l’orientation des lames lors de la pose, la finition appliquée (huile, vernis etc …).

Les classements d’aspect

Dans le cadre de la marque NF Parquets, les principales essences utilisées pour la fabrication des parquets sont le chêne, le pin maritime, le châtaignier, le merisier, le doussié, l’érable, le hêtre, l’iroko, le jatoba, le cabreuva, le wengé. Les normes définissent généralement, en fonction de la famille de parquet, les classements d’aspects selon l’essence de bois utilisée.Ces classes sont identifiées par les symboles « O », « ∆ »ou « □ » allant de l’aspect le plus homogène (peu de singularités admises) au moins homogènes (beaucoup de singularités). Cependant, s’il le souhaite, le fabricant peut définir ses propres règles de classement mais devra alors en assurer la régularité.

La marque NF PARQUETS certifie le respect de ses règles de classement. L’orientation des lames de parquet

En fonction de l’orientation des lames ou lamelles, les parquets présentent différents effets décoratifs.

Parquet à l’anglaise

Parquet à coup de pierre

Parquet en point de Hongrie

Parquet à bâtons rompus

Parquet mosaïque

Les finitions

Les finitions généralement appliquées sur les parquets sont le vernis ou l’huile de lin. Dans certaines conditions peu intensives, l’encaustique peut également être utilisée.

Les parquets sont livrés bruts ou finis en atelier. La qualité de ces finitions doit être compatible avec l’usage du parquet. Cette qualité est démontrée à minima par un rapport d’essai au mieux par une certification de la finition.

La marque NF Parquet certifie le classement d’usage de la finition (vernis ou huile de lin) appliquée sur le parquet.

Les finitions vernies ou huilées permettent une rénovation totale du parquet lorsque l’usure est trop importante. Les finitions huilées sont moins durables et nécessitent un entretien régulier. Elles autorisent, cependant, des rénovations partielles moins lourdes qu’une réfection totale de la finition.

 La bonne utilisation du parquet

Le bon parquet en fonction du local

Le parquet doit être choisi en fonction de l’utilisation qui en sera faite et donc du local dans lequel il doit être posé. Un hall de gare présente des contraintes beaucoup plus élevées qu’un séjour d’appartement.

L’outil réglementaire qui permet de choisir le parquet en fonction de son usage est la norme XP B 53669. Elle attribue au parquet un classement en fonction de l’essence de bois et de la couche d’usure et les met en parallèle des classements de locaux définis dans la norme européenne EN 685.

Pour choisir le bon parquet

La marque NF Parquet certifie le classement d’usage du parquet brut ou fini

 

Le bon parquet en fonction du support

Le type de support sur lequel sera posé le parquet peut intervenir sur le choix du parquet et son mode de pose.

Ainsi, en fonction du mode de pose (sur lambourdes, collé ou flottant), les tolérances de planéité du support sont plus ou moins contraignantes. Une pose collée demande un support parfaitement plan, ce qui est moins vrai pour une pose flottante. En revanche, une pose sur lambourde autorise des tolérances plus importantes (voir conseils de pose) puisque le calage des lambourdes est possible.

Par ailleurs, les caractéristiques techniques recherchées du plancher (ensemble support + parquet) ont également une incidence dans le choiX de la pose ou du type de parquet.

Ainsi, si une isolation acoustique est nécessaire et que la dalle n’assure pas cette fonction, il faudra choisir une pose flottante qui est possible avec des parquets contrecollés (encombrement sous-couche + parquet) ou éventuellement des parquets posés sur lambourdes qui elles-mêmes sont posées flottantes (encombrement sous-couche + lambourdes + parquet).

De même, pour la réalisation de sols chauffants de nombreux parquets sont compatibles en pose collée ou flottante . En revanche, la pose sur lambourdes avec des lames de 23 mm doit être proscrite.